Financement: présentation générale

Retrouvez nos conseils pour bien comprendre une offre de crédit immobilier, choisir le prêt le plus adapté à votre situation et assurer votre prêt aux meilleures conditions.

Garantir un crédit immobilier : caution ou hypothèque ?

Lors d’un achat immobilier, les banques réclament à l’emprunteur une garantie sur le bien financé grâce à un crédit. Plusieurs options sont possibles. Le point sur l’hypothèque, l’inscription en privilège de prêteur de denier et les sociétés de cautionnement.

L’hypothèque

Caution ou hypothèque ?

L’hypothèque fait l’objet d’un acte notarié et d’une inscription au Bureau des hypothèques de la ville ou région où est situé le bien. A défaut de paiement, le logement fera l’objet d’une saisie et d’une vente par voie judiciaire.

Son coût est relatif à la taxe de publicité foncière obligatoire qui s’applique alors, et représente généralement 2 % du montant total du crédit.

L’inscription en privilège de prêteur de deniers (IPPD)

Assez similaire dans son fonctionnement à l’hypothèque, l’inscription en privilège de prêteur de deniers (IPPD) porte, quant à elle, uniquement sur des biens anciens. Elle ne peut donc être mobilisée ni pour l’achat d’un logement sur plan, ni pour le financement de travaux ou d’une construction. Non assujettie à la taxe de publicité foncière, son coût est moindre, de l’ordre de 0,5 à 1 % du montant de l’achat en moyenne, et peut représenter un intérêt financier conséquent.

La société de cautionnement

La société de cautionnement se substitue au souscripteur à défaut de remboursement. Ce dernier verse à l’organisme, dès le déblocage des fonds du crédit immobilier, une contribution proportionnelle au montant total de son prêt. Cette contribution est double : elle consiste en un fonds mutuel de garantie, dont une partie peut être reversée si aucune défaillance ne survient pendant la durée du prêt ; ainsi qu’en une commission forfaitaire, définitivement acquise par la société de cautionnement. Les tarifs, très variables, peuvent varier du simple au triple. Mais en moyenne, cette garantie vous coûtera entre 1 et 2 % du montant total de votre prêt.

Des solutions à étudier en fonction de vos besoins et de votre profil d'emprunteur.